Rencontre avec Remy Bauvin

Cher Lonzinois, chère Lonzinoises,

Remy
Vous le savez bien sûr déjà, je suis candidat et tête de liste du parti DEFI aux élections du 14 octobre prochain. Je suis un Bruxellois « recyclé » à la campagne. Je suis fils de maraîcher et outre mon travail comme fonctionnaire au Centre de recherches agronomiques Wallon de Gembloux depuis 1997, je poursuis l’œuvre de mon père. A Etterbeek, j’étais conseiller au C.P.A.S. Il me manquait seulement 15 voix pour devenir conseiller communal. J’ai suivi Olivier Maingain dans ses démarches. Lorsqu’il ma proposé de conduire une liste de DEFI, parti nouvellement installé en Wallonie, j’ai bien évidemment accepté. Ma famille et moi, nous nous sommes intégrés avec bonheur au village. Lonzée a une histoire très riche. Son passé nous laisse parfois pantois quand on l’évoque. Le village conserve des traces remontant à l’époque des grands dinosaures.   L’abbaye d’Argenton témoigne du passé des moniales. Le ruisseau d’Arton a fait frontière entre le duché de Brabant et le comté de Namur. Le XVIIe siècle est connu pour les procès de cinq femmes accusées de sorcellerie. Le village a dépendu pendant tout l’Ancien régime de la terre de Gembloux. A la Révolution française lui a donné son statut de commune à part entière avant de retourner à Gembloux en 1965, lors des fusions de communes. J’ai rencontré une personne qui connaît mieux que personne l’histoire de Lonzée. Il s’agit de Remy Bauvin.

J’ai trouvé un moment pour parler avec lui du Lonzée d’aujourd’hui. Ses réponses sont enrichissantes à bien des points de vue. Cela va du regret à l’espoir. Comme lui, nous vivons dans un village. La ruralité y est toujours présente. Il n’est pas question de tout défigurer mais on serait vite tenté de se faire manipuler par des politiciens qui considèrent que Lonzée est Gembloux et rien d’autre. Quant un bourgmestre vous dit « mes chers concitoyens », ne vous trompez pas dans son intention. Retenez simplement le mot citoyen « de la cité ». Vous n’entendrez pas dire « mes chers villageois » ! Il proclame des décisions qui ne représente pas toujours un avis éclairé. Les gens n’ont droit au chapitre que pour donner leurs voix aux élections. Tout leur est promis. Les politiciens bien en place galvaudent le mot démocratie. Au pouvoir, souvent depuis de nombreuses années, ils sont confortements ancrés dans leurs idées, et demander l’avis des citoyens serait bien inutile.

J’ai assisté à des réunions destinées à proposer aux auditeurs une quantité de sujets qui devraient guider l’autorité communale. Seulement une petite trentaine personnes ont répondu à un questionnaire standard. Est-ce représentatif ? Qu’a donné cette réflexion ? Rien ! On y pourtant parlé du rétablissement des anciens sentiers notamment celui allant du Pont des sorcières jusqu’au Vieux chemin de Namur et sa prolongation vers la Goyette, le long du ruisseau. La commune a acquit le terrain d’une ancienne décharge pour un prix qui n’est surtout pas modeste. Lonzée n’est-il pas assez vert pour qu’on y aménage un parc ? Avec les dépenses que l’on imagine. Divers chemins de campagne empruntés par les piétons, les cycliste et les chevaux ont été recouverts de bitume.

Que de dépenses alors que des voies de délestement devraient être aménagées. C’est le cas du vieux chemin de Leez reliant le quartier de la Peau de chien à Gembloux via le pont au-dessus du chemin de fer en direction du Château d’Eau.   Cependant, il serait plus que nécessaire de refaire le chemin reliant le Vieux chemin de Namur à la rue de la Maladrée. Nous avons vécu un mois de galère lors des travaux au pont du chemin de fer. Devoir faire un long détour par Beuzet me paraissait franchement aberrant ?

Remy Bauvin nous parle encore de l’état lamentable des trottoirs, des réparations de la rue de Lonzée, généralement mal faites, qui sont provisoires en attendant les calendes grecques pour obtenir un nouveau revêtement. Cette route date de 1956 ? elle en a supporté du charroi. On y a effectué de nombreuses traversées de route souvent mal rebouchées. Un casse vitesse s’est proprement déglingué et devient dangereux. N’est-il pas plus que temps de la mettre les pavés à une paisible retraite ? On pourrait en profiter pour améliorer la sécurité. Dans cette rue, comme partout, il y a beaucoup de véhicules en stationnement. Dans certains tournants, il faut avoir de l’audace pour s’y engager sans visibilité. Nous en sommes venus à parler de l’entretien du cimetière et des chemins.

On s’est posé la question de savoir où était passé le bien utile camion-brosse de la ville. Et notre cantonnier ? Le cimetière est devenu un terrain à chardons. Ne laissez pas proliférer ces plantes chez vous. Vous serez puni d’une amende ! Un seul cantonnier, muni de sa pelle, sa bêche, sa rasette et sa brouette, creusait les tombes il entretenait le cimetière et les accotements, la plupart en terre. Que fait-on pour signaler la direction de l’abbaye d’Argenton ou du vieux moulin d’Arton ou encore du Pont des sorcières ?

Remy Bauvin me fait remarquer que l’on pourrait allonger considérablement cette liste. Il a tout de même conclu sur ceci : " j’ai bien lu et relu le programme et les propositions du parti DEFI. Il est le plus représentatif de mes pensées. Le village doit rester un village. Pas de dépenses inutiles ou de prestige mais des réalisations de confort et de sécurité sur les chemins et les trottoirs".

La participation citoyenne revient comme une constante dans ce parti!  On ajoute encore à cela le développement de crèches dans les écoles, la création d’une agence immobilière sociale et bien d’autres choses. Bon vent Carlo. Quant-à moi, je te fais entièrement confiance. Ton dynamisme, ton ambition et ta jeunesse parlent pour toi ! »

Je n’aurais pas du tout manqué de vous faire par de cet entretien. DEFI a d’autres candidats à Lonzée, Anne Marie Hottart, Anita Desmet, Cristelle Thiry, Céline Herregods, Olivier Hairson, et enfin Jean-Marc Gilles

                                               Merci,

Carlo Mendola tête de liste der DEFI.

Console de débogage Joomla!

Session

Profil d'information

Occupation de la mémoire

Requêtes de base de données